A- Comment c’est fait?

    Phytonutriment Canada (PC) Formule Urinaire est composée d’un extrait pur à 100% de bleuets sauvages (vaccinium angustifolium) à lequel nous avons ajouté une forte concentration de produits de canneberge macrocarpon et du sirop d’érable du Québec.  La formulation du PC Formule Urinaire est 100% naturelle, sans sucre autre que celui fourni par le sirop d’érable, ni agents de conservation.  PC Formule urinaire a un goût agréable et est offert dans des bouteilles de 300 ml. PC Formule Urinaire liquide est un produit de santé naturel approuvé par Santé Canada (NPN80068900).

    Phytonutriment Canada Formule Urinaire est le résultat d’un vaste programme de recherches universitaires.  La posologie journalière recommandée est de 10 millilitres (2 cuillères à thé) par jour. Chaque bouteille contient la posologie pour un mois d’utilisation.

    Health_Canada Sante Canada

    Ses réclamations santé permises par Santé Canada sont:

    • Utilisé en phytothérapie pour diminuer les infections urinaires.

    • Source d’antioxydants pour le maintien d’une bonne santé.

     

     

    B- Les cystites/ infections urinaires chez la femme

      De nombreuses femmes souffrent de cystite (une inflammation et une infection de la vessie), à un moment ou un autre de leur vie.  On estime même qu’une femme sur deux en serait atteinte au moins une fois dans leur vie.  De ce 50%, une femme sur 5 en serait atteinte au moins une fois par année.  Les hommes sont aussi touchés mais beaucoup moins.  Les antibiotiques sont des médicaments efficaces pour les soigner, mais ils provoquent souvent des effets secondaires, peuvent être coûteux et risquent d’entraîner l’apparition d’organismes résistants.  On recommande donc la consommation de canneberge macrocarpon à des fins préventives mais aussi comme traitement d’appoint. cystite-infographie-rob3000-Fotolia

      Les cystites récidivantes constituent en effet un défi pour les médecins et experts de la santé car elles justifient l’utilisation d’antibiotiques sur des périodes prolongées et il ne faut pas oublier que les phénomènes de résistance des bactéries aux antibiotiques sont de plus en plus fréquentes.  Cela peut donner lieu à des effets secondaires toxiques tels que des réactions d’hypersensibilité, particulièrement chez les personnes âgées.  Mis à part les réactions d’hypersensibilité et des réactions anaphylactiques, l’une des complications dangereuses de la thérapie antibiotique est le syndrome de Steven Johnson ou SJS, un complexe d’hypersensibilité qui implique la peau et les muqueuses résultant de l’utilisation de la pénicilline et les sulfamides.

      Tous ces effets toxiques des antibiotiques ont amené les experts à étudier d’autres moyens sur la façon d’éviter et de traiter les infections récurrentes des voies urinaires.  La façon la plus naturelle identifiée à ce jour est la consommation de produits de la canneberge macrocarpon et autres petits fruits tels que les bleuets sauvages qui sont particulièrement riches en proanthocyanes, ce phyto-antioxydant actif pour la prévention des cystites récidivantes.

       

      C- Pourquoi et comment le PC Formule Urinaire peut-il être efficace contre les infections urinaires récurrentes (cystitis)

      e-coli-bacteriaOn a longtemps cru que l’origine de la protection contre les cystites par le jus de canneberge était l’acidification de l’urine par ce dernier.  On croyait alors que la canneberge rendait l’urine tellement acide que les bactéries causant la majorité des infections urinaires ne pouvaient plus se développer. Cette approche a été jugée boiteuse et des recherches supplémentaires ont mis à jour un mécanisme beaucoup plus complexe que celui de l’acidification de l’urine.

      Il est maintenant reconnu que la bactérie Escherichia coli (E-coli) est la plus souvent responsable des infections urinaires et que cette  dernière produit des constituants appelés adhésines qui lui permettent d’adhérer aux tissus des parois du tube urinaire.  La communauté scientifique en général pense maintenant que la consommation de canneberge provoque l’excrétion dans l’urine de quantités relativement importantes d’acide hippurique (agent bactériostatique) et que la canneberge renfermerait des anti-adhésines.  Ces anti-adhésines empêcheraient les bactéries de se fixer aux parois de la vessie et de l’urètre, de sorte qu’elles sont excrétées en urinant. C’est cette dernière explication qui est généralement favorisée aujourd’hui.

       

      D- Les traitements à base de canneberge sont-ils facile à suivre?

      Même si efficace à prévenir ces infections,  le traitement sans antibiotiques nécessite l’absorption d’une grande quantité de canneberge (fruit entier ou jus), ce que peu de gens sont prêts à faire. Les jus industriels et les cocktails de canneberge sucrés sont jugés meilleurs au goût mais ils sont grandement dilués et  contiennent de grandes quantités de sucre, des colorants et autrescanneberge 3

      additifs.  La dilution en produit de canneberge augmente la quantité journalière à ingérer.  Même avec 100% de jus pur, ces thérapies exigent quand même une consommation importante de produits de canneberges pur (fruits entiers et ou de jus 100%) et ce, sur une base continue.  Dans le cas de jus de canneberges pur et fruits entiers frais ou congelés, ces traitements bien qu’efficaces, sont pour la plupart rapidement abandonnés.

      Les canneberges sont extrêmement riches en vitamine C, modérément riches en vitamine A et ont une teneur relativement élevée en fibres, en proanthocyanes et en anthocyanes, tous des composants qui favorisent une bonne santé.  Selon les résultats d’essais préliminaires réalisés par des chercheurs de l’Université du Wisconsin, le jus de canneberge aurait aussi un effet antioxydant sur les artères bouchées, ce qui permettrait de prévenir les maladies cardio-vasculaires. Enfin, la canneberge désodoriserait le tractus urinaire.

       

      E-  Quel est l’avantage de la Formule Urinaire de PC Phytonutriment Canada?

      La très grande concentration en produit de canneberge macrocarpon de la Formule Urinaire vous aide à vous prémunir contre les infections urinaires (cystites) avec une posologie quotidienne de seulement 10 ml/2 cuillères à thé par jour.  De plus,  le PC Formule Urinaire a bon goût.

       

      F- Cystite interstitielle vs cystite bactérienne

      La cystite commune (bactérielle) est une inflammation de la vessie causée le plus souvent par la bactérie E-coli et se traite dans les cas graves par des antibiotiques.  La cystite interstitielle est une maladie chronique.  Elle dure dans le temps.  Même si les deux maladies ont plusieurs symptômes en commun, il ne faut pas les confondes car le degré de gravité d’une cystite interstitielle est beaucoup plus important que celui d’une cystite bactérienne dont on connaît les causes et les traitements.  On ne connaît pas encore les causes de la cystite interstitielle qui a longtemps été considérée comme d’origine psychologique, voire hystérique.

      Cystitite interstitielleLa cystite interstitielle est inflammatoire mais non infectieuse. Même si les symptômes de la maladie sont similaires, cette dernière est beaucoup plus handicapante. Dans les cas les plus sévères, la personne atteinte peut-être emmené à uriner aux 15 minutes et ce, nuit et jour. Ce besoin quasi constant est provoqué par la douleur qui devient insupportable et la personne atteinte en est soulagée en urinant. Les rapports sexuels pour leur part deviennent difficiles sinon impossible. La maladie n’est pas constante et évolue par alternance de crise et de rémission.

      Il n’existe pas de test diagnostique pour la cystite interstitielle. Pour la diagnostiquer, on précède par élimination.  On s’assure que les douleurs ne sont pas causées par d’autres pathologies tel un calcul de la vessie.  Lorsque toutes les pathologies apportant les mêmes symptômes sont écartés, on évoque alors la cystite interstitielle.  La théorie la plus admise serait l’altération de la paroi vésicale qui deviendrait perméable aux substances toxiques contenues dans l’urine.  D’autres théories penchent plutôt sur des problèmes neurologiques, allergiques ou encore génétiques, mais rien n’est clairement démontré. Beaucoup de chercheurs pensent que la cystite interstitielle regrouperait plusieurs maladies dont les causes seraient multiples.

      Les traitements contre la cystite interstitielle sont expérimentaux.  Leur but est de diminuer l’intensité des symptômes et leur impact sur la qualité de vie des personnes atteintes de cette grave maladie.  Si tout le monde peut être affecté, 90% des patients souffrant de cystite interstitielle sont des femmes.  La maladie survient en moyenne entre 30 et 40 ans, et 25% des patients ont moins de 30 ans.  La maladie semble plus importante dans les pays occidentaux et les pays nordiques.  Aux États-Unis, une personne sur 1500 en serait atteinte.  Il est important de se rappeler que chaque patient est particulier.  Seul le médecin ou un professionnel de la santé peut donner une information individualisée et adaptée à ce type d’infections.

      À notre connaissance du moins, notre PC Formule Urinaire ne peut rien contre la cystite interstitielle ni la prévenir et encore moins la guérir.

       

      G-  Pourquoi avons-nous utilisé le sirop d’érable pour donner bon goût à notre PC Formule Urinaire?

      Tous les agents sucrants ne sont pas nés égaux. L’emploi du sirop d’érable pour remplacer le sucre ou encore le sirop de maïs rend le goût de sa Formule Urinaire agréable mais en plus, les composés phénoliques que contient cet ajout sucrant sont synergétiques à la canneberge (proanthocyanes) et au bleuet sauvage (anthocyanes).

      Des chercheurs de l’Université du Rhode Islands dirigés par Dr. Navindra Seeram ont découvert dans le sirop et la sève d’érable, 54 composantes bioactives dont plusieurs antioxydants très bénéfiques pour la santé et qui agissent notamment sur la réduction du stress oxydatif.  De ces 54 composantes, 5 n’avaient jamais été découvertes.  On a donné le nom de Québecol (en l’honneur du Québec) à un de ces polyphénols très prometteur. Plusieurs des antioxydants identifiés possèdent des propriétés anti-cancer, anti-bactériales et aussi anti-diabètes.  Selon Dr. Seeram, peu, sinon aucun autre agent sucrant naturel ne possèdent un tel cocktail d’antioxydants bénéfiques pour la santé humaine. On retrouve dans le sirop d’érable quelques-uns des composés bénéfiques que l’on trouve dans les baies, dans le thé et aussi dans les graines de lin.  Dr. Seeram rajoute que les gens ne réalisent pas, mais alors que nous avons une grande variété de fruits et légumes dans notre chaîne alimentaire, le sirop d’érable est le seul produit de consommation de masse obtenu entièrement de la sève d’un arbre. Maple syrup

      Selon Dr. André Marette, directeur scientifique de l’INAF, qui est également chercheur à l’Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec, le sirop d’érable détient un autre avantage de taille par rapport à tous les autres agents sucrants : il se compose essentiellement de sucrose et ne contient pas de fructose pur lequel est très rapidement capté par le foie.  Une source riche en fructose peut conduire à une accumulation de lipides au niveau du foie, qu’on appelle la stéatose hépatique. Le sirop d’érable possède un faible indice glycémique et son ingestion entraîne une élévation moins grande de la concentration de glucose dans le sang comparé au miel, au sirop de maïs et à la mélasse.

      Une étude menée par des chercheurs de l’Université McGill en 2015 a aussi démontré qu’un concentré de sirop d’érable rend les bactéries plus vulnérables aux antibiotiques et pourrait ainsi aider à réduire les quantités à être administrées.  L’eau d’érable et le sirop d’érable contiennent également d’importantes quantités de terpènes et plus particulièrement d’acide abscissique. L’acide abscissique stimule le relâchement de l’insuline par les cellules pancréatiques et accroît ainsi la sensibilité des cellules adipeuses à l’insuline. Combiné au fait que le sirop d’érable fournit un apport intéressant en manganèse, en riboflavine, en zinc, en magnésium, en calcium et en potassium, ce dernier a une longueur d’avance sur les autres ajouts sucrants courants.

      Bicycle de sportif 3Le sirop d’érable est aussi recommandé pour les sportifs car il représente une source d’énergie naturelle en glucides simples qui se métabolise facilement en glucose. Le glucose agit comme carburant durant l’exercice. De plus, le manganèse et le zinc qu’il contient sont deux minéraux impliqués dans la récupération musculaire.  Enfin, son potassium aide à  équilibrer les liquides corporels qui participent à la contraction musculaire.  Consommé avant une séance d’entraînement, il aide à maintenir le niveau d’énergie.  Ingéré après la séance d’entraînement, le sirop d’érable aide le corps à récupérer en renouvelant les réserves de glycogènes.

      Le sirop d’érable contient tout de même un peu de fructose, car son sucrose, lorsqu’il est métabolisé, se scinde en une molécule de fructose et une molécule de glucose, mais cela est bien peu comparativement aux autres agents sucrants utilisés couramment dans les produits de consommation industriels. Il est donc très important de savoir que l’idée n’est pas d’ajouter le sirop d’érable à l’alimentation habituelle, mais bien de remplacer le sucre habituellement utilisé dans le régime alimentaire.

      H-  Canneberge et bleuets sauvages, deux alliés pour aussi lutter contre la parodontite et le vieillissement de la peau

       Plus on cherche et plus on trouve.  Par exemple, la capacité de la canneberge à réduire les risques de parodontie. La parodontie tout comme les cystites récurrentes seraient aussi l’affaire des proanthocyanes. Des chercheurs du Centre de biologie orale du département de dentisterie Eastman de l’Université de Rochester Medical Center soutiennent que les proanthocyanes contenus dans les canneberges et qui aident à prévenir les infections urinaires peuvent également empêcher les bactéries de se lier aux dents et ainsi être bénéfiques dans laparondontie explication prévention des maladies des gencives dont la parondontie. La composition phénolique du bleuet sauvage étant assez semblable à cette de la canneberge, le bleuet sauvage en contient aussi beaucoup.

      Une étude réalisée par les chercheurs Daniel Grenier (GREB, médecine dentaire) et Yves Desjardins (INAF), en collaboration avec Stéphanie Dudonné (INAF) et Dr.Amel Ben Lagha , rend compte de l’efficacité des extraits de bleuet sauvage enrichis en polyphénols sur les maladies parodontales. Ceux-ci diminueraient la capacité d’adhérence aux tissus buccaux d’une bactérie impliquée dans ces maladies et préviendraient la formation d’un biofilm, tout en bloquant la signalisation cellulaire responsable des réactions inflammatoires.  Les résultats de l’étude ont été publiés dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry.

      Cette découverte pourrait permettre aux dentistes de substituer les antibiotiques à des gels et des pansements dans lesquels sont incorporés des extraits du composé bioactif de bleuet. Ils pourraient aussi être incorporés dans une gomme ou un rince-bouche pour une utilisation préventive.

      DEPLIANT_FRANCAISVous connaissez certainement déjà les trois moyens les plus sûrs pour assurer une peau jeune:

      – protéger votre peau du soleil

      – ne pas fumer

      – manger une alimentation saine


      À ces trois moyens reconnus, l’incorporation de bons antioxydants dans votre régime alimentaire et des soins de la peau de routine ont aussi un effet très positif sur votre peau.  Les antioxydants ralentissent ou empêchent en grande partie l’effet des radicaux libres qui par le phénomène d’oxydation peuvent conduire à un dysfonctionnement cellulaire.

      Une alimentation riche en antioxydants peut améliorer la qualité de la peau. La lutéine, l’acide alpha-lipoïque, les vitamines C et E, les caroténoïdes et les polyphénols sont tous des antioxydants qui améliorent la peau, qu’ils soient consommés ou appliqués sous forme de crème. Lorsque les vitamines C et E sont inclus dans le régime alimentaire, il y a moins de dommages du soleil après exposition à la lumière ultraviolette.

       

      I- PC Formule Urinaire est aussi un remarquable antioxydant


      Le PC Formule Urinaire est composé de trois aliments qui regorgent d’antioxydants qui font classe à part. Le bleuet sauvage, la canneberge macrocarpon et le sirop d’érable sont parmi les aliments les plus étudiés au monde pour leurs capacités médicinales.  On à découvert que les anthocyanes contenus dans le bleuet sauvage avaient la capacité d’éliminer, en partie du moins, les radicaux libres qui sont à la base du stress oxydatif.  Sa consommation réduit les risques de cancer, des maladies coronariennes, celles dégénératives telles que le Parkinson, l’Alzheimer et aussi les maladies qui touchent la vision. Il en est de même pour la canneberge et l’efficacité des pro-anthocyanes à réduire les risques d’infections urinaires mais aussi de plusieurs autres maladies.

      Comme la composition phénolique de ces deux fruits et sont assez semblables, on a aussi découvert que le bleuet sauvage aide à réduire les infections urinaires tout comme la consommation de canneberge aide à réduire les risques de cancer.  Ceci s’explique par la présence dans les deux fruits d’anthocyanes et de pro-anthocyanes mais à concentration différent.  La situation est identique avec la canneberge et les maladies du coeur, du cancer et celles dites dégénératives tels Alzheimer et Parkinson. La canneberge contient une teneur en pro anthocyanes de type 2 (celle qui est efficace contre les infections urinaires) tout simplement remarquable mais aussi une très forte concentration en anthocyanes.  En ajoutant à ces deux fruits du sirop d’érable comme agent sucrant,  nous avons donné à notre PC Formule Urinaire une remarquable synergie.

       

      J- Oxydant vs antioydant

       

      J- 1  Qu’est ce que le stress oxydatif ?

      Atome saine vs radical librLe stress oxydatif semble être un des mécanismes central de la pathogénie du cancer, des maladies cardiovasculaires et de bien d’autres maladies chroniques. L’oxygène est essentiel à notre survie, mais son utilisation par les cellules du corps n’est pas sans danger. Une partie significative (1-2 %) de l’oxygène que nous respirons est transformée en dérivés toxiques appelés radicaux libres (1).Les radicaux libres peuvent réagir et endommager les composantes cellulaires comme les protéines, les lipides et l’ADN (2). L’oxydation des biomolécules par les radicaux libres est impliquée dans plusieurs pathologies comme les maladies cardiovasculaires (artériosclérose), les maladies neuros dégénératives (Parkinson, Alzheimer), le cancer ainsi que le vieillissement (37).

      Cellule normal vs cellule attaquée

      Les antioxydants sont des substances biologiques présents dans les aliments ayant comme rôle d’empêcher les réactions d’oxydation provoquées par les radicaux libres.  Par définition, il s’agit d’une substance à faible concentration comparée à celle du substrat oxydable, capable de retarder ou d’arrêter l’oxydation du substrat.  En termes imagés, la coque d’acier d’un bateau et l’eau saline qui la fera rouiller à coup sûr.  L’antioxydant?  La peinture qui recouvre la coque et qui l’empêche d’attaquer le métal.  Plus la peinture sera protectrice et épaisse, meilleur sera la protection de la coque d’acier contre la rouille. Si vous avez vu une pomme pelée brunie, vous avez vu l’oxydation dans l’action. Pomme oxydée apple oxydation Plusieurs enzymes et petites molécules permettent d’éliminer les radicaux libres notamment les phytonutriments et les vitamines E et C (8).  Au cours du vieillissement, la génération de radicaux libres augmente et leur quantité devient supérieure à la capacité des défenses antioxydantes. Ce déséquilibre appelé stress oxydatif, va mener l’organisme vers un état pathologique (9).

      Radicaux libres

      Une consommation riche en composés antioxydants peut atténuer l’impact de ce stress oxydatif. Dans le domaine scientifique les antioxydants ont été classés en trois groupes, à savoir :

      –   les vitamines
      –   les minéraux
      – les phytonutriments (phytochimiques / phytoantioxydants). 

      Au cours d’un repas équilibré, on retrouve facilement ces trois groupes d’antioxydants mais la majorité des suppléments alimentaires contiennent des antioxydants de synthèse.  Il semble que les antioxydants de sources alimentaires ont une bio activité beaucoup plus élevée que ceux des suppléments provenant d’extraits synthétiques.  Ceci est dû d’une part au fait que les aliments contiennent une plus grande hétérogénéité d’antioxydants et d’autre part, les antioxydants synthétiques sont moins bien absorbés par le corps humain.

      Les antioxydants se classent en 4 catégories :

      – les caroténoïdes
      – les vitamines
      – les oligo-éléments
      – les polyphénols

       

      J-  2 Classification des grandes classes d’antioxydant d’origine alimentaire

       

      J.2.1   Les polyphénols

      Tableau des antioxydants

      Les polyphénols sont des composés chimiques naturellement présents dans le règne végétal, en particulier chez les baies nordiques.  Il existe plus de 8000 molécules phénoliques différentes, comme les molécules simples, telles que les acides phénoliques, les molécules beaucoup plus compliquées (tannins) et d’autres qui peuvent être complexées à des sucres, à des protéines et même à des lipides.  Parmi les polyphénols, on retrouve les flavonoïdes qui représentent le principal groupe de cette série.  En effet, les flavonoïdes sont présents dans tout le règne végétal, à l’exception des champignons et des algues. Ce sont des dérivés des polyphénols hydrosolubes (solubles dans l’eau), souvent incolores ou jaunes (sauf exceptions, comme les anthocyanes). Les flavonoïdes constituent en eux-mêmes une famille de composés extrêmement vaste, jouant des rôles physiologiques importants (nutritionnel, médiciaux,filtres UV…).  Ils sont présents dans les petits fruits du Québec, et sont d’un intérêt particulier pour la santé humaine. Ils font l’objet de nombreuses allégations médicinales, particulièrement pour leur forte capacité antioxydante.

      J.2.2  Les flavonoïdes

      Les flavonoïdes qu’on a déjà appelé les vitamines P ne sont pas des vitamines mais possèdent les mêmes propriétés.  Les flavonoïdes sont des phytonutriments (phytochimiques).  Ils représentent une sous-classe des polyphénols qui se trouvent être bénéfiques aux cellules humaines. En raison de la variété de leurs activités pharmacologiques sur les mammifères, les flavanoïdes peuvent être aussi désignés comme nutraceutique (Topas et all., 2008).

      Les flavonoïdes sont eux-mêmes classés en fonction de leur degré d’oxydation en sous-groupes tels que :

      – les flavonols
      – les flavones
      – les flavanols
      – les isolflavones
      – les proanthocyanes
      – les anthocyanes

      J.2.3  Les isoflavones

      soy-isoflavonesLes isoflavones sont des composés que l’on retrouve surtout chez les légumineuses (par exemple dans le soja dont les propriétés phytoestrogènes sont largement étudiées). Certains dérivés de l’isoflavone sont des agents puissants contre certaines bactéries.  Ils ont des propriétés bactériostatiques et sont spécifiquement induits lors d’infections par des organismes phytopathogènes.  On retrouve en particulier de nombreuses phytoalexines dans les légumineuses (ex.: phaséolline du haricot, glycéolline du soja)

       

       J.2.4  Les proanthocyanes (particulièrement concentrés dans le cas de la canneberge/macrocarpon).

      CannebergeLes proanthocyanidines (PAC), aussi appelées proanthocyanes ou tanins condensés sont des composés flavonoïdes. Les proanthocyanes sont présentes dans de nombreux végétaux, en

      particulier dans la canneberge macrocarpon mais aussi dans le bleuet sauvage, dans la peau et les pépins de raisin et dans plusieurs petits fruits sauvages du Québec tel l’airelle idaea.

      Les pro-anthocyanes sont des antioxydants ayant un fort pouvoir protecteur sur la santé humaine. Les proanthocyanes tout comme les anthocyanes aident à prévenir certaines maladies cardio-vasculaires en freinant les effets du cholestérol dans le coeur et les vaisseaux sanguins.

       

      J.2.5  Les anthocyanes (particulièrement concentrés dans le bleuet sauvage/ antigustifolium)

      Orac USDALes anthocyanes sont des flavonoïdes que l’on retrouve dans le règne végétal et qui donnent la couleur caractéristique des feuilles, des fleurs et des fruits.  Ce sont des composés colorés (orange, pourpre à bleu) et généralement hydrosolubles. Contrairement aux autres flavonoïdes, les anthocyanes absorbent la plus part du temps dans le spectre de l’ultra violet.  Elles participent largement dans la coloration des pétales, mais on les retrouve également dans de nombreux tissus végétaux. Leur synthèse dans les organes foliaires est souvent activée par le stress (froid, carences, sénescence…) .Leurs composés sont très souvent utilisés comme colorants alimentaires et présentent des propriétés antioxydantes. Les anthocyanes ont été étudiés d’après plusieurs activités biologiques incluant la capacité antioxydante, l’effet sur la perméabilité et la fragilité des vaisseaux capillaires, l’agrégation des plaquettes de sang et l’effet sur le collagène (Réf 5 W).  La capacité antioxydante des anthocyanes est l’une des propriétés biologiques les plus importantes. La recherche épidémiologique et biomédicale suggère que les antioxydants contenues dans les petits fruits, tels que le bleuet sauvage et la canneberge macrocarpon peuvent jouer un rôle préventif sur l’apparition de certaines maladies comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et les maladies neurodégénératives telles que l’Alzheimer et le Parkinson.  Les anthocyanes et les autres flavonoïdes apportent une contribution substantielle aux antioxydants totaux du régime alimentaire.

      Les anthocyanes contenus dans le PC Formule Urinaire seraient des antioxydants naturels 20 fois plus efficace que les vitamines A et C.

       

      K- La consommation de petits fruits et ses effets sur la santé

      Petits fruitsOn connaissait déjà les bienfaits d’une alimentation équilibrée en fruits et légumes pour le maintien d’une bonne hygiène de vie. Le Guide alimentaire canadien recommande de consommer entre 8 à 10 portions de fruits et légumes par jour.  En effet, consommer ces quantités recommandées réduit les risques d’apparition de plusieurs maladies. La forêt boréale québécoise, qui compte plus de 850 espèces de plantes vasculaires (10), représente une source abondante de composés utiles pour le traitement et la prévention de différentes maladies.  Plusieurs plantes de ce vaste écosystème contiennent une haute concentration en composés antioxydants. Le bleuet nain sauvage, la plaquebière, la canneberge macrocarpon et sa proche cousine l’airelle rouge vitis-idaea sont réputés pour leur forte teneur en composés antioxydants et, par conséquent, sont souvent considérés comme des références à ce niveau.  De nombreuses études démontrent que les antioxydants retrouvés dans les baies boréales possèdent des propriétés protectrices remarquables (1058).

      Plusieurs études ont aussi démontré que pour une personne en santé, la consommation de fruits riches en antioxydants réduisait les risques d’apparition de maladie cardiovasculaire, de cancer, d’obésité et de diabète (Réf 2, 3 W).  Depuis la publication de ces résultats, les composés phénoliques des fruits ont fait l’objet de nombreux travaux visant à valoriser leurs propriétés nutritionnelles et biologiques.  Ainsi, ces dernières années, plusieurs techniques ont été proposées pour concentrer et purifier les antioxydants à partir des fruits et même pour produire des composés synthétiques à partir de ceux-ci soulignant que la consommation des fruits et des petits fruits permet le maintient d’un équilibre entre les pro-oxydants et les antioxydants.

      Bien que les petits fruits soient qualifiés de petits seulement selon des critères de masse ou de volume, les études montrent que ces petits fruits présentent généralement des concentrations beaucoup plus élevées que les autres fruits ayant des composés à haute valeur nutritionnelle, telle que les antioxydants, les vitamines C et E.  Parmi ces petits fruits, on note le bleuet sauvage, l’airelle rouge idaea et la canneberge macrocarpon. Ces petits fruits présentent un intérêt particulier, d’un point de vue organoleptique et médicinal spécialement pour leur concentration élevée en antioxydants.

       

       

      L- Quelques faits sur les infections urinaires de source bactériennes/infections urinaires récurrentes

      • 40-50% des femmes ont au moins une infection des voies urinaires (UTI) au cours de leur vie. 20-30% ont une infection urinaire récurrente (2 infections dans les 6 mois, ou plus de 3 infections par an).
      • Les femmes ont un risque de plus de 50% de développer une infection des voies urinaires dans leur vie.
      • La majorité des infections des voies urinaires sont causées par la bactérie E. Coli.
      • Les symptômes communs incluent, un besoin fréquent d’uriner et une sensation douloureuse (brûlure) en urinant.
      • une infection des voies urinaires est généralement diagnostiquée en fonction des symptômes et de l’analyse d’un échantillon d’urine.
      • Les infections urinaires sont généralement traitées avec des antibiotiques, bien que l’utilisation d’antibiotiques est également un facteur de risque.
      • Avoir le diabète augmente le risque d’infection urinaire. Il en est de même avec l’utilisation des tampons et des spermicides, des relations sexuelles fréquentes ou intenses, et des relations sexuelles avec un nouveau partenaire et/ou des partenaires multiples.
      • Les infections des voies urinaires non compliquées peuvent être guéries avec 2-3 jours de traitement.
      • Les extraits de canneberges ne traitent pas infections urinaires graves mais peuvent aider à réduire le risque d’infection urinaire récidivante.
      • La plupart des jeunes femmes ayant des infections des voies urinaires ont des infections urinaires non compliquées.
      • Les hommes atteints d’infections des voies urinaires le sont normalement par des infections urinaires compliquées jusqu’à preuve du contraire.
      • Dans les cas graves, les patients gravement malades peuvent avoir besoin d’être hospitalisés.
      • Les infections urinaires récurrentes ne semblent pas être plus fréquentes pendant la grossesse. Par contre, elles sont plus susceptibles de conduire à une infection rénale ce qui peut être très dangereux pour la santé maternelle et celle de l’enfant à naître.

      Source: Medical News Today

       

      phyto-01

       RECOMMANDATIONS

       Précautions et avertissements

      Consulter un professionnel de la santé avant d’utiliser le produit PC Formule Urinaire

      si vous prenez des anticoagulants, si vous avez souffert de calculs rénaux ou si les

      symptômes persistent ou s’aggravent.

       

      • Utilisez PC Formule Urinaire pendant au moins quatre semaines afin de constater de meilleurs résultats.

      • La durée de vie recommandée du produit est de 24 mois.

      • Le produit doit être réfrigéré une fois la bouteille ouverte.

      • Bien agiter avant de servir

       

       REFERENCES

      No

        (1) Boveris A, Chance B. (1973). The mitochondrial generation of hydrogen peroxide: general properties and effect of hyperbaric oxygen. Biochem. J. 134 : 707-716.

         (2) Evans P, Halliwell B. (1999). Free radicals and hearing. Cause, consequence, and criteria. Ann N Y Acad Sci. 28: 19-40.

        (3) Halliwell B. (1991) Reactive oxygen species in living systems: source, biochemistry, and role in human disease. Am J Med. 91:14S-22S.

        (4) Halliwell B. (1993). The role of oxygen radicals in human disease, with particular reference to the vascular system. Haemostasis. 23 Suppl 1:118-26.

        (5) Halliwell B. (2001). Role of free radicals in the neurodegenerative diseases: therapeutic implications for antioxidant treatment. Drugs Aging. 18: 685-716.

        (6) Inoue M, Sato EF, Nishikawa M, Park AM, Kira Y, Imada I, Utsumi K. (2003). Mitochondrial generation of reactive oxygen species and its role in aerobic life. Curr Med Chem. 10: 2495-505.

        (7) Djordjevic VB. (2004). Free radicals in cell biology. Int Rev Cytol. 237: 57-89.

        (8) Halliwell B. (1996) Antioxidants in human health and disease. Annu Rev Nutr. 16: 33-50.

        (9) Wickens AP. (2001). Ageing and the free radical theory. Respiration Physiology. 128: 379-391.

        (10) Consortium de recherche sur la forêt boréale commerciale. (2000). Au royaume de la forêt boréale. 64 pages.

        (11) Cao G, Shukitt-Hale B, Bickford PC, Joseph JA, McEwen J, Prior RL. (1999) Hyperoxia-induced changes in antioxidant capacity and the effect of dietary antioxidants. J Appl Physiol. 86: 1817-22.

        (12) Kalt W, Forney CF, Martin A, Prior RL. (1999). Antioxidant capacity, vitamin C, phenolics, and anthocyanins after fresh storage of small fruits. J Agric Food Chem. 47: 4638-44.

        (13) Wang SY, Jiao H. (2000). Scavenging capacity of berry crops on superoxide radicals, hydrogen peroxide, hydroxyl radicals, and singlet oxygen. J Agric Food Chem. 48: 5677-84.

        (14) Ehlenfeldt MK, Prior RL. (2001). Oxygen radical absorbance capacity (ORAC) and phenolic and anthocyanin concentrations in fruit and leaf tissues of highbush blueberry. J Agric Food Chem. 49: 2222-7.

        (15) Connor AM, Luby JJ, Hancock JF, Berkheimer S, Hanson EJ. (2002). Changes in fruit antioxidant activity among blueberry cultivars during cold-temperature storage. J Agric Food Chem. 50: 893-8.

        (16) Halvorsen BL, Holte K, Myhrstad MC, Barikmo I, Hvattum E, Remberg SF, Wold AB, Haffner K, Baugerod H, Andersen LF, Moskaug O, Jacobs DR Jr, Blomhoff R. (2002). A systematic screening of total antioxidants in dietary plants. J Nutr. 132: 461-71.

        (17) Ono M, Masuoka C, Koto M, Tateishi M, Komatsu H, Kobayashi H, Igoshi K, Ito Y, Okawa M, Nohara T. (2002). Antioxidant ortho-benzoyloxyphenyl acetic acid ester, vaccihein A, from the fruit of rabbiteye blueberry (Vaccinium ashei). Chem Pharm Bull (Tokyo). 50: 1416-7.

        (18) Zheng W, Wang SY. Oxygen radical absorbing capacity of phenolics in blueberries, cranberries, chokeberries, and lingonberries. (2003). J Agric Food Chem. 51: 502-9.

        (19) Zheng Y, Wang CY, Wang SY, Zheng W. (2003). Effect of high-oxygen atmospheres on blueberry phenolics, anthocyanins, and antioxidant capacity. J Agric Food Chem. 51: 7162-9.

        (20) Ichikawa H, Ichiyanagi T, Xu B, Yoshii Y, Nakajima M, Konishi T. (2001). Antioxidant Activity of Anthocyanin Extract from Purple Black Rice. J Med Food. 4: 211-218.

        (21) Prior RL, Hoang H, Gu L, Wu X, Bacchiocca M, Howard L, Hampsch-Woodill M, Huang D, Ou B, Jacob R. (2003). Assays for hydrophilic and lipophilic antioxidant capacity (oxygen radical absorbance capacity (ORAC(FL))) of plasma and other biological and food samples. J Agric Food Chem. 51: 3273-9.

        (22) Cevallos-Casals BA, Cisneros-Zevallos L. (2003). Stoichiometric and kinetic studies of phenolic antioxidants from Andean purple corn and red-fleshed sweetpotato. J Agric Food Chem. 51: 3313-9.

        (23) Blomhoff R. Antioxidants and oxidative stress. (2004). Tidsskr Nor Laegeforen. 124: 1643-5.

        (24) Lichtenthaler R, Marx F. (2005). Total oxidant scavenging capacities of common European fruit and vegetable juices. J Agric Food Chem. 53: 103-10.

        (25) Parry J, Su L, Luther M, Zhou K, Yurawecz MP, Whittaker P, Yu L. (2005). Fatty acid composition and antioxidant properties of cold-pressed marionberry, boysenberry, red raspberry, and blueberry seed oils. J Agric Food Chem. 53: 566-73.

        (26) Ichiyanagi T, Tateyama C, Oikawa K, Konishi T. (2000). Comparison of anthocyanin distribution in different blueberry sources by capillary zone electrophoresis. Biol Pharm Bull. 23: 492-7.

        (27) Ichiyanagi T, Oikawa K, Tateyama C, Konishi T. (2001). Acid mediated hydrolysis of blueberry anthocyanins. Chem Pharm Bull (Tokyo). 49: 114-7.

        (28) Kalt W, Ryan DA, Duy JC, Prior RL, Ehlenfeldt MK, Vander Kloet SP. (2001). Interspecific variation in anthocyanins, phenolics, and antioxidant capacity among genotypes of highbush and lowbush blueberries (Vaccinium section cyanococcus spp.). J Agric Food Chem. 49: 4761-7.

        (29) Sellappan S, Akoh CC, Krewer G. Phenolic compounds and antioxidant capacity of Georgia-grown blueberries and blackberries. (2002). J Agric Food Chem. 50: 2432-8.

        (30) Gu L, Kelm M, Hammerstone JF, Beecher G, Cunningham D, Vannozzi S, Prior RL. (2002). Fractionation of polymeric procyanidins from lowbush blueberry and quantification of procyanidins in selected foods with an optimized normal-phase HPLC-MS fluorescent detection method. J Agric Food Chem. 50: 4852-60.

        (31) Sanchez-Moreno C, Cao G, Ou B, Prior RL. (2003). Anthocyanin and proanthocyanidin content in selected white and red wines. Oxygen radical absorbance capacity comparison with nontraditional wines obtained from highbush blueberry. J Agric Food Chem. 51: 4889-96.

        (32) Taruscio TG, Barney DL, Exon J. (2004). Content and profile of flavanoid and phenolic acid compounds in conjunction with the antioxidant capacity for a variety of northwest Vaccinium berries. J Agric Food Chem. 52: 3169-76.

        (33) Schmidt BM, Howell AB, McEniry B, Knight CT, Seigler D, Erdman JW Jr, Lila MA. (2004). Effective separation of potent antiproliferation and antiadhesion components from wild blueberry (Vaccinium angustifolium Ait.) fruits. J Agric Food Chem. 52: 6433-42.

        (34) Nakajima JI, Tanaka I, Seo S, Yamazaki M, Saito K. (2004). LC/PDA/ESI-MS Profiling and Radical Scavenging Activity of Anthocyanins in Various Berries. J Biomed Biotechnol. 2004: 241-247.

        (35) Pedersen CB, Kyle J, Jenkinson AM, Gardner PT, McPhail DB, Duthie GG. (2000).
        Effects of blueberry and cranberry juice consumption on the plasma antioxidant capacity of healthy female volunteers. Eur J Clin Nutr. 54: 405-8.

        (36) Wu X, Cao G, Prior RL. (2002). Absorption and metabolism of anthocyanins in elderly women after consumption of elderberry or blueberry. J Nutr. 132: 1865-71.

        (37) Kay CD, Holub BJ. (2002). The effect of wild blueberry (Vaccinium angustifolium) consumption on postprandial serum antioxidant status in human subjects. Br J Nutr. 88: 389-98.

        (38) Mazza G, Kay CD, Cottrell T, Holub BJ. (2002). Absorption of anthocyanins from blueberries and serum antioxidant status in human subjects. J Agric Food Chem. 50: 7731-7.

        (39) Kay CD, Mazza G, Holub BJ, Wang J. (2004). Anthocyanin metabolites in human urine and serum. Br J Nutr. 91: 933-42.

        (40) Ichiyanagi T, Rahman MM, Kashiwada Y, Ikeshiro Y, Shida Y, Hatano Y, Matsumoto H, Hirayama M, Tsuda T, Konishi T. (2004). Absorption and metabolism of delphinidin 3-O-beta-D-glucopyranoside in rats. Free Radic Biol Med. 36: 930-7.

        (41) Joseph JA, Denisova N, Fisher D, Shukitt-Hale B, Bickford P, Prior R, Cao G. (1998). Membrane and receptor modifications of oxidative stress vulnerability in aging. Nutritional considerations. Ann N Y Acad Sci. 854: 268-76.

        (42) Joseph JA, Shukitt-Hale B, Denisova NA, Bielinski D, Martin A, McEwen JJ, Bickford PC. (1999). Reversals of age-related declines in neuronal signal transduction, cognitive, and motor behavioral deficits with blueberry, spinach, or strawberry dietary supplementation. J Neurosci. 19: 8114-21.

        (43) Joseph JA, Denisova NA, Bielinski D, Fisher DR, Shukitt-Hale B. (2000). Oxidative stress protection and vulnerability in aging: putative nutritional implications for intervention. Mech Ageing Dev. 116: 141-53.

        (44) Galli RL, Shukitt-Hale B, Youdim KA, Joseph JA. (2002). Fruit polyphenolics and brain aging: nutritional interventions targeting age-related neuronal and behavioral deficits. Ann N Y Acad Sci. 959: 128-32.

        (45) Joseph JA, Denisova NA, Arendash G, Gordon M, Diamond D, Shukitt-Hale B, Morgan D. (2003). Blueberry supplementation enhances signaling and prevents behavioral deficits in an Alzheimer disease model. Nutr Neurosci. 6: 153-62.

        (46) Goyarzu P, Malin DH, Lau FC, Taglialatela G, Moon WD, Jennings R, Moy E, Moy D, Lippold S, Shukitt-Hale B, Joseph JA. (2004). Blueberry supplemented diet: effects on object recognition memory and nuclear factor-kappa B levels in aged rats. Nutr Neurosci. 7: 75-83.

        (47) Joseph JA, Shukitt-Hale B, Casadesus G. (2005). Reversing the deleterious effects of aging on neuronal communication and behavior: beneficial properties of fruit polyphenolic compounds. Am J Clin Nutr. 81(1 Suppl): 313S-316S.

        (48) Casadesus G, Shukitt-Hale B, Stellwagen HM, Zhu X, Lee HG, Smith MA, Joseph JA. (2004). Modulation of hippocampal plasticity and cognitive behavior by short-term blueberry supplementation in aged rats. Nutr Neurosci. 7: 309-16.

        (49) Bomser J, Madhavi DL, Singletary K, Smith MA. (1996). In vitro anticancer activity of fruit extracts from Vaccinium species. Planta Med. 62: 212-6.

        (50) Kapadia GJ, Azuine MA, Tokuda H, Hang E, Mukainaka T, Nishino H, Sridhar R. (2002). Inhibitory effect of herbal remedies on 12-O-tetradecanoylphorbol-13-acetate-promoted Epstein-Barr virus early antigen activation. Pharmacol Res. 45: 213-20.

        (51) Wedge DE, Meepagala KM, Magee JB, Smith SH, Huang G, Larcom LL. (2001). Anticarcinogenic Activity of Strawberry, Blueberry, and Raspberry Extracts to Breast and Cervical Cancer Cells. J Med Food. 4: 49-51.

        (52) Hope Smith S, Tate PL, Huang G, Magee JB, Meepagala KM, Wedge DE, Larcom LL. (2004). Antimutagenic activity of berry extracts. J Med Food. 7: 450-5.

        (53) Bagchi D, Sen CK, Bagchi M, Atalay M. (2004). Anti-angiogenic, antioxidant, and anti-carcinogenic properties of a novel anthocyanin-rich berry extract formula. Biochemistry (Mosc). 69: 75-80, 1 p preceding 75.

        (54) Roy S, Khanna S, Alessio HM, Vider J, Bagchi D, Bagchi M, Sen CK. (2002). Anti-angiogenic property of edible berries. Free Radic Res. 36: 1023-31.

        (55) Atalay M, Gordillo G, Roy S, Rovin B, Bagchi D, Bagchi M, Sen CK. (2003). Anti-angiogenic property of edible berry in a model of hemangioma. FEBS Lett. 544: 252-7.

        (56) Lyons MM, Yu C, Toma RB, Cho SY, Reiboldt W, Lee J, van Breemen RB. (2003). Resveratrol in raw and baked blueberries and bilberries. J Agric Food Chem. 51: 5867-70.

        (57) Rimando AM, Kalt W, Magee JB, Dewey J, Ballington JR. (2004). Resveratrol, pterostilbene, and piceatannol in vaccinium berries. J Agric Food Chem. 52: 4713-9.

        (58) Fremont L. (2000). Biological effects of resveratrol. Life Sci. 66: 663-73.

        (59) Wu JM, Wang ZR, Hsieh TC, Bruder JL, Zou JG, Huang YZ. (2001). Mechanism of cardioprotection by resveratrol, a phenolic antioxidant present in red wine (Review). Int J Mol Med. 8: 3-17.

        (60)Frère Marie-Victorin. (1964). Flore Laurentienne. Les presses de l’Université de Montréal. 2iem édition. P.439.

        (61) Ek S, Kartimo H, Mattila S, Tolonen A. (2006). Characterization of phenolic compounds from lingonberry (Vaccinium vitis-idaea). J Agric Food Chem. 54: 9834-42.

        (62) Wang SY, Feng R, Bowman L, Penhallegon R, Ding M, Lu Y. (2005) Antioxidant activity in lingonberries (Vaccinium vitis-idaea L.) and its inhibitory effect on activator protein-1, nuclear factor-kappaB, and mitogen-activated protein kinases activation. J Agric Food Chem. 53: 3156-66.

        (63) Viljanen K, Kylli P, Hubbermann EM, Schwarz K, Heinonen M. (2005). Anthocyanin antioxidant activity and partition behavior in whey protein emulsion. J Agric Food Chem. 53: 2022-7.

        (64) Lichtenthaler R, Marx F. (2005) Total oxidant scavenging capacities of common European fruit and vegetable juices. J Agric Food Chem. 53: 103-10.

        (65) Viljanen K, Kylli P, Kivikari R, Heinonen M. (2004). Inhibition of protein and lipid oxidation in liposomes by berry phenolics. J Agric Food Chem. 52: 7419-24.

        (66) Zheng W, Wang SY. (2003). Oxygen radical absorbing capacity of phenolics in blueberries, cranberries, chokeberries, and lingonberries. J Agric Food Chem. 51: 502-9.

        (67) Ho KY, Huang JS, Tsai CC, Lin TC, Hsu YF, Lin CC (1999). Antioxidant activity of tannin components from Vaccinium vitis-idaea L. J Pharm Pharmacol. 51: 1075-8.

        (68) Ho KY, Tsai CC, Huang JS, Chen CP, Lin TC, Lin CC. Antimicrobial activity of tannin components from Vaccinium vitis-idaea L. (2001). J Pharm Pharmacol. 53: 187-91.

        (69) Gotsman I, Lotan C, Soskolne WA, Rassovsky S, Pugatsch T, Lapidus L, Novikov Y, Masrawa S, Stabholz A. (2007). Periodontal Destruction Is Associated With Coronary Artery Disease and Periodontal Infection With Acute Coronary Syndrome. J Periodontol. 78: 849-858.

        (70) Nohynek LJ, Alakomi HL, Kahkonen MP, Heinonen M, Helander IM, Oksman-Caldentey KM, Puupponen-Pimia RH. (2006) Berry phenolics: antimicrobial properties and mechanisms of action against severe human pathogens. Nutr Cancer. 54:18-32.

        (71) Puupponen-Pimia R, Nohynek L, Hartmann-Schmidlin S, Kahkonen M, Heinonen M, Maatta-Riihinen K, Oksman-Caldentey KM. (2005). Berry phenolics selectively inhibit the growth of intestinal pathogens. J Appl Microbiol. 98: 991-1000.

        (72) Tunon H, Olavsdotter C, Bohlin L. (1995). Evaluation of anti-inflammatory activity of some Swedish medicinal plants. Inhibition of prostaglandin biosynthesis and PAF-induced exocytosis. J Ethnopharmacol. 48: 61-76.

        (73) Paivarinta E, Pajari AM, Torronen R, Mutanen M. (2006). Ellagic acid and natural sources of ellagitannins as possible chemopreventive agents against intestinal tumorigenesis in the Min mouse. Nutr Cancer. 54:79-83.

        (74) Aggarwal BB, Shishodia S. (2006). Molecular targets of dietary agents for prevention and therapy of cancer. Biochem Pharmacol. 71:1397-421.

        (75) Barta I, Smerak P, Polivkova Z, Sestakova H, Langova M, Turek B, Bartova J. (2006) Current trends and perspectives in nutrition and cancer prevention. Neoplasma. 53:19-25.

        (76) Huetz P, Mavaddat N, Mavri J. (2005). Reaction between ellagic acid and an ultimate carcinogen. J Chem Inf Model. 45: 1564-70.

        (77) Pavlica S, Gebhardt R. (2005). Protective effects of ellagic and chlorogenic acids against oxidative stress in PC12 cells. Free Radic Res. 39: 1377-90.

        (78) Dorai T, Aggarwal BB. (2004). Role of chemopreventive agents in cancer therapy. Cancer Lett. 215: 129-40.

        (79) Festa F, Aglitti T, Duranti G, Ricordy R, Perticone P, Cozzi R. (2001). Strong antioxidant activity of ellagic acid in mammalian cells in vitro revealed by the comet assay. Anticancer Res. 21: 3903-8.

        (80) Wargovich MJ. (1997). Experimental evidence for cancer preventive elements in foods. Cancer Lett. 114: 11-7.

        (81) Stoner GD, Mukhtar H. Polyphenols as cancer chemopreventive agents. (1995). J Cell Biochem Suppl. 22:169-80.

        (82) Szarka CE, Grana G, Engstrom PF. (1994). Chemoprevention of cancer. Curr Probl Cancer. 18: 6-79.

        (83) Kelloff GJ, Boone CW, Crowell JA, Steele VE, Lubet R, Sigman CC. (1994) Chemopreventive drug development: perspectives and progress. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 3: 85-98.

        (84) Hayatsu H, Arimoto S, Negishi T. (1988). Dietary inhibitors of mutagenesis and carcinogenesis. Mutat Res. 202:429-46.

        (85) Tidsskr Nor Laegeforen. 2003 Jun 26;123(13-14):1856-7.[Cloudberry: an important source of ellagic acid, an anti-oxidant].[Article in Norwegian]
        Thiem BBerge V.

         

        Source

        Department of Pharmaceutical Botany, K. Marcinkowski University of Medical Sciences, Pozńa, Poland.

        Abstract

        Cloudberry, Rubus chamaemorus L. (Rosaceae) is an herbaceous plant with a boreal, circumpolar distribution. Its fruit is of economic importance in northern Scandinavia; furthermore, this plant is of significance in Norwegian tradition. We present a review of its biology, secondary metabolites as well as cloudberry applications. The compounds of primary interest in cloudberry are vitamin C and ellagotannins with a high level of ellagic acid that exhibits biological activities. Ellagic acid, a dietary phenolic, offers considerable promise as anticarcinogen, antimutagen and antioxidant. The ellagic acid content in cloudberries could have health benefits. (86) J Agric Food Chem. 2011 Apr 13;59(7):3330-9. Epub 2011 Mar 4.Food grade lingonberry extract: polyphenolic composition and in vivo protective effect against oxidative stress.Mane CLoonis MJuhel CDufour CMalien-Aubert C.

        Source

        CHR-Hansen-SAS, 92 avenue des Baronnes, 34730 Prades-le-Lez, France.

        Abstract

        Fractionation of the polyphenols constituting a food grade lingonberry extract (Vaccinium vitis-idaea) highlighted a composition more complex than described until now in the berry. Procyanidins B1, B2, and A2 were identified by UPLC/ESI-MS(2) along with the presence of other flavanol oligomers. Processing induced the release of large amounts of aglycones for ferulic acid, p-coumaric acid, and quercetin. The described anthocyanic composition of lingonberry was completed with hexoside derivatives of peonidin, petunidin, malvidin, and delphinidin. Besides confirmation of in vitro antioxidant activity, in vivo study was performed on rats fed a diet inducing oxidative stress. Supplementation with lingonberry extract significantly decreased the total oxidant status and favorably affected antioxidant defense enzymes in red blood cells and liver. A drop in the serum reduced glutathione level was also prevented, and uric acid was maintained at low level, confirming the antioxidant activity of the extract (5% proanthocyanidins) from a dosage of 23 mg/kg of body weight.  (W)  Dr Wassef Ben Ounis, phd